Bannière

30ème Anniversaire du GFAG : Les femmes guinéennes se taillent une place dans le monde des affaires


Dans le cadre de la célébration de son trentième anniversaire, le groupement des femmes d’affaires de Guinée a tenu un atelier, le samedi 11 novembre 2017, dans un hôtel de Conakry. Cet atelier constitue la septième assise, une occasion pour elles de faire des plaidoyers à l’endroit de l’Etat. C’est aussi une opportunité de prendre certaines dispositions afin d’être capables de coordonner la mise en place des différentes politiques et stratégies de développement de l’entreprenariat féminin en Guinée.

La cérémonie d’ouverture a été présidée conjointement par le ministre en charge de l’Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, M. Boubacar Barry et la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Mme Mariam Sylla.

Dans son intervention, Boubacar Barry a félicité ces dames pour leur engagement au processus de développent socio-économique du pays. Il s’est aussi monté unanime que les structures des femmes peuvent aussi participer à la conception, à la réflexion et à l’élaboration du programme de crédits futurs mis à la disposition des PME au profit des entreprise dirigées par ces femmes.

‘’Le gouvernement est fortement engagé, sous la conduite du président de la république, à mettre en œuvre une politique nationale visant à valoriser d’immenses potentiels économiques que représentent les femmes avec plus de 52% de la population à travers leur insertion plus active par la création d’entreprises et d’activités économiques en général. Cet engagement se traduit par la place prépondérante accordée à l’appui aux entreprises créées et dirigées par les femmes dans la définition des composantes principales dans le programme d’appui aux PME et PAPME démarré en 2013 et qui s’achève le 31 décembre 2017. Cette option stratégique se poursuivra avec un prochain programme qu’il compte lancer à travers le ministère de l’industrie et les partenaires du groupe de la banque mondiale à partir de 2018. Ce nouveau programme parlera de valorisation de la compétitivité des PME est extrêmement important parce qu’il va disposer de différents volets institutionnels, structurels et financiers. Il est extrêmement important que les structures des femmes puissent participer à la conception, à la réflexion et à l’élaboration de ce programme pour que les crédits futurs mis à la disposition des PME puissent être effectivement absorbés par les entreprises dirigées par ces femmes’’, dit-il.

Pour la ministre de l’action sociale, Mme Mariam Sylla, c’est une rencontre qui s’est inscrite dans la logique des avancées notables enregistrées dans le pays dans le cadre de la recherche de l’autonomisation de la femme. Un autre pas en avant, selon elle, dans la lutte pour l’inclusion et la participation de la femme dans le développement socio-économique de la nation.

‘’Depuis son accession au pouvoir, les initiatives entreprises par le Président de la République sont vivement encourageantes parlant succinctement de la mise en place de la MIFA, mais aussi les centres de développement et l’autonomisation de la femme sans oublier l’appui aux groupements des femmes dans les activités génératrices de revenus. Ces actions constituent la matérialisation des actions prioritaires dans son agenda de développement du pays. Un président qui ne se contente pas due simple slogan de soutien aux femmes, il le matérialise dans tout son agenda politique’’, a-t-elle énuméré.

Pour la présidente du GFAG, c’est un espace d’échange pour de nouvelles solutions et stratégies de développement du pays. ‘’Nous avons tenu cette rencontre pour qu’ensemble nous puissions trouver la solution pour le développement du pays. Nous avons trente ans d’abord, c’est une vieille organisation et nous sommes dans toutes les régions de la Guinée. Nous sommes toutes des femmes d’entreprises et celles qui veulent entreprendre. Il y’a aussi parmi nous des jeunes filles qu’on est en tain d’instruire à l’esprit d’entreprendre. Aujourd’hui, il faut compter en tout plus de milles membres. Quant aux critères d’adhésion, il faut avoir son entreprise, il faut vouloir entreprendre. Et au-delà du microcrédit, on aimerait qu’on nous avance les frais crédits’’, souhaite Mme la présidente du GFAG.

Sylla Younoussa

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha