Bannière

Atelier de présentation de la synthèse de l’audit du MSPC: Discours du ministre Me Abdoul Kabèlè Camara


Monsieur le Ministre Conseiller à la Présidence, chargé de la Réforme du Secteur de Sécurité

Monsieur le Représentant de la Délégation de l’Union Européenne

Monsieur le Coordonnateur la Cellule de Gestion du Fonds Européen de Développement

Monsieur le représentant du Bureau conseil et Stratégie près de la Présidence

Monsieur l’Attaché de Sécurité Intérieure de l’Ambassade de France

Monsieur le Président de la Commission Technique de Suivi du CNP-RSS

Monsieur le Secrétaire Général

Monsieur le Chef de Cabinet

Messieurs les Conseillers

Messieurs les Directeurs Nationaux

Messieurs les cadres du MSPC

Mesdames et Messieurs les experts des projets PARSS et Police de Proximité

Mesdames Messieurs


Nous sommes aujourd’hui réunis pour marquer une étape importante dans la mise en œuvre de la réforme au sein du département de la sécurité puisqu’il s’agit de la remise officielle de la synthèse de l’audit du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

Je voudrais profiter de cette occasion pour adresser mes plus sincères remerciements à l’Union Européenne pour la qualité de l’appui dont bénéficie le Ministère à travers les divers projets qu’elle finances. L’audit qui a été réalisé est le parfait exemple de la qualité d’un travail dont il est important de mesurer le volume. C’est une mission qui s’est étendue sur plus de 18 mois, qui a engagé 10 experts qui ont produit autant de rapports dont la substantifique moelle constitue la synthèse qui nous rassemble aujourd’hui.

Ces expertises ont permis de cibler nos faiblesses. Pour la majeure partie d’entre elles nous les connaissions mais il était important de les identifier clairement, sans fausse pudeur pour nous permettre d’en prendre réellement conscience et d’adhérer aux préconisations qui sont avancées pour gommer les dysfonctionnements tant organisationnels que fonctionnels qui caractérisent notre département.

L’examen des différents rapports d’audit permet de relever des constantes qui caractérisent l’ensemble des directions et des services du MSPC :

  • les structures sont trop nombreuses, compliquées, éclatées avec des liaisons fonctionnelles peu claires ;
  • des services sont créés sans que leurs missions soient définies, sans appui logistique ni moyens humains, matériels et budgétaires ;
  • Les textes d’organisation et les cadres organiques sont inexistants ;
  • Les attributions des services sont redondantes ;
  • Les moyens matériels et budgétaires sont nettement insuffisants ;
  • Le personnel est pléthorique et manque de professionnalisme ;
  • Il y a une inversion de la pyramide hiérarchique (abondance des agents des catégories A et B et sous représentation de la catégorie C), peu propice à l’efficacité des services ;
  • Il n’y a pas de personnel administratif : toutes les structures de gestion sont tenues pas des policiers qui ne maîtrisent pas toujours les principes de gestion et qui sont normalement destinés à être sur la voie publique ;
  • Il n’existe pas de relations fonctionnelles spontanées en dépit de mes instructions régulièrement rappelées ;
  • Il n’y a pas de pratiques de gestion formalisées (réunions, plans d’actions, compte rendu) et l’on constate une absence de suivi pour les rares pratiques en place ;
  • Les procédures en place sont marquées par une certaine lourdeur et lenteur ;
  • L’absence de cohérence entre fonctions, structures et attributions est généralisée.
Pour ce qui est des services directement rattachés au MSPC, au-delà des principales faiblesses communes à l’ensemble des services du MSPC, ont été relevées d’autres points :
  • La faiblesse du pilotage et de la coordination du niveau central ;
  • la mission de planification n’est pas prise en compte ;
  • la confusion dans la fonction suivi-évaluation prise en compte par plusieurs entités ;
  • l’absence de documentation et de données statistiques d’une part et d’une politique de communication d’autre part ;

Pour ce qui concerne les directions de police, j’ai retenu une remarque d’un des auditeurs : « C’est seulement en se reconstruisant, en se rendant lisible aux yeux de tous, en situant ses agents dans un environnement organisé et cohérent que l’institution policière regagnera la confiance de la population.
Sans volonté de réforme en profondeur venant de l’institution elle-même, faisant fi des intérêts personnels, les aides et l’assistance de la communauté internationale n’auront pas plus d’effet sur la police qu’un «cautère sur une jambe de bois».

Notre département doit donc privilégier la mise en place de structures fortes et mettre un accent particulier sur la planification, le suivi et le contrôle de la mise en œuvre, le renforcement de la communication horizontale par la diffusion d’informations complètes, mais également par l’adoption de processus « support » et de procédures formalisées.

La réorganisation fonctionnelle doit porter :
  • Sur une rationalisation de l’utilisation des moyens de fonctionnement. Il ne suffit pas simplement d’augmenter ces moyens mais de réfléchir à une utilisation plus efficiente :
  • Sur une répartition logique des fonctions de chacun des services en évitant les redondances, les chevauchements et bien sur les concurrences au bénéfice d’une complémentarité à laquelle je vous rappelle à tout moment ;
  • La mise en place de procédures et de processus de planification et de suivi évaluation pour l’harmonisation des opérations au niveau des services du ministère.
Le PARSS nous a déjà appuyés de la manière la plus efficace dans des domaines qui vont constituer des avancées majeures de la réforme du Ministère de la Sécurité. Je pense en particulier :
  • A la mise en œuvre de la nouvelle politique de gestion des ressources humaines qui a donné au Ministère la gestion du recrutement et des carrières. Les locaux de la DRH sont identifiés et seront prochainement réaménagés, équipés tandis que parallèlement les personnels de la DRH, les chefs de service et les agents des sections de gestion des services ont été formé à ces nouvelles techniques et à leur implication dans le dispositif mis en place ;
  • A la mise en place de la Division d’Appui Opérationnel et à sa brigade de recherche et d’intervention dont les premiers résultats sont très prometteurs.

Le PARSS sera encore à nos côtés pour appuyer la mise en œuvre des préconisations de l’audit. Des priorités ont été identifiées, elles concernent au niveau des services d’appui :
  • Le Bureau Stratégie et Développement qui est au cœur de la planification et du suivi évaluation ;
  • L’Inspection Générale des Services de Sécurité dont la refondation a déjà commencé ;
  • le secrétariat central qui doit s’adapter pour assurer une exploitation plus efficiente des courriers arrivée et départ et un meilleur partage de l’information ;
  • La Direction des Affaires Financières dont le rôle central au sein du Ministère doit ressortir dans le partage et les échanges avec les autres services pour mettre en place une gestion axée sur la prévision, le suivi de l’utilisation des budgets et le compte rendu de gestion ;
  • La Direction des Ressources Humaines dont le redimensionnement et l’adaptation à ses nouvelles attributions est en bonne voie.

Au plan opérationnel, la Direction Nationale de la Sécurité Publique emploie le plus grand nombre de policiers, lesquels exercent en tenue d’uniforme. Présente et visible 24H/24 sur la voie publique, elle constitue la « vitrine » de la police nationale, qui sera jugée, dans sa globalité, à travers elle. Il convient donc de définir le socle sur lequel doit être bâtie sa nouvelle organisation et de mettre l’accent sur son rôle majeur dans le dispositif policier.

Quant aux directions régionales, alors qu’elles apparaissent actuellement comme des « commissariats centraux bis » exerçant, quasiment de manière concurrente, les mêmes attributions que leurs services territoriaux, elles doivent désormais s’attacher à mettre en œuvre sur leur ressort territorial la stratégie sécuritaire conçue par la DNSP, mais également à assurer l’animation opérationnelle de l’ensemble des commissariats centraux, commissariats urbains et postes de police placés sous leur autorité, et à leur apporter le conseil et l’appui nécessaire sans négliger le contrôle de leur activité.

Dans cette optique, les unités exerçant sur la zone de compétence d’une région, doivent être placées sous l’autorité du Directeur Régional de la Sécurité Publique qui doit pouvoir coordonner l’action de toutes les forces engagées sur son ressort territorial.

La réorganisation du MSPC doit, par ailleurs être accompagnée. En effet l’efficacité, la performance et la stabilité de l’organisation ne seront assurées que si les agents adhèrent au projet de rationalisation. Il s’avère donc nécessaire de prendre toutes les mesures pour favoriser l’acceptation de la réforme. Cela passe notamment par la communication, le partage des informations, la définition d’objectifs clairs à atteindre et l’adoption de méthodes adéquates. Une action de formation des cadres au management, à la gestion des politiques publiques de sécurité et à la conduite du changement sera dans ce cadre menée sous l’égide du PARSS

Le PARSS mettra à notre disposition des moyens techniques et matériels pour accompagner la réorganisation de notre département. Le temps et les moyens qui lui sont impartis ne lui permettront pas d’apporter un appui à l’ensemble des services et directions du MSPC. Mais le PARSS 3 est en bonne voie de formulation pour prendre le relais et assurer la continuité de l’assistance de l’Union Européenne au Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

Les préconisations de l’audit doivent désormais retenir toute votre attention et constituer la base de toute réflexion visant l’organisation et le fonctionnement des services du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Je vous demande instamment de vous imprégner des propositions qui y sont formulées. Au-delà de la synthèse qui vous sera remise, vous disposerez dans la pochette qui vous a été distribuée, de la copie de l’intégralité des rapports qui ont été élaborés.

En adressant une nouvelle fois mes remerciements aux partenaires techniques et financiers pour la bienveillante assistante dont ils nous gratifient, je voudrais conclure ce propos en exprimant ma totale satisfaction à l’assistance technique du PARSS pour son concours. Les experts qui la composent sont disponibles, entièrement à notre écoute et ont su s’intégrer dans notre département avec un total respect de nos us et coutumes. Je leur exprime donc toute ma gratitude.

Je vous remercie de votre attention

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha