Bannière Horizontale

Burkina Faso: Un an de prison avec sursis requis contre un journaliste pour «diffamation»


Un an de prison avec sursis a été requis jeudi par le procureur du Faso près la chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Ouagadougou contre le journaliste Lookman Sawadogo, accusé de ‘’diffamation’’ sur des magistrats.

Le procureur du Faso près la chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, a requis 12 mois de prison avec sursis pour le journaliste Lookman Sawadogo, accusé de diffamation par les magistrats membres de la commission d’enquête mise en place par le Conseil supérieur de la magistrature.

Poursuivi par six magistrats membres de la Commission d’enquête du Conseil supérieur de la magistrature, il est à Lookman Sawadogo, d’avoir courant début avril publié sur la page facebook du journal ‘’Le Soir’’ dont il est le directeur de publication, un écrit mettant en doute la probité d’un des membres de cette commission qui enquêtaient sur des cas de corruptions au sein des magistrats.

Estimant les faits de diffamation reprochés au journaliste ‘’caractérisés’’, le procureur a requis une peine de 12 mois de prison avec sursis et une amende 300 000 FCFA contre Lookman Sawadogo.

M. Sawadogo, dont le journal ne parait plus depuis plusieurs mois, pour d’autres raisons, publie régulièrement des écrits sur la page Facebook de ce quotidien qui paraissait tous les après midi.

Tout en plaidant ‘’non coupable’’ des faits à lui reprochés, il a expliqué devant le juge vouloir, à travers l’écrit incriminé, attiré l’attention des membres de la commission sur l’intégrité qui doit régir la magistrature.

Quant aux débats entre les parties, ils ont achoppés sur la qualification des faits, les avocats de la défense estimant les faits incriminés sont dans le registre des délits de presse, alors que le Burkina a adopté une loi dépénalisant ces délits.

Pour les avocats des plaignants, il ne s’agit pas d’un délit de presse, soulignant que l’écrit incriminé n’a jamais été publié le site Web du journal, mais plutôt sur la page Facebook.

L’affaire a été mise en délibéré pour le 10 aout prochain.

Avec koaci

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha