Bannière
Bannière

CEDEAO : « J’appelle toutes les communautés à œuvrer dans le sens de la paix et de faciliter la mission de leurs pays respectifs », dixit Mme Lydia Gnaléhi, coordinatrice des ressortissants de la CEDEAO


Dans ce présent numéro, nous avons reçu pour vous Mme Lydia Gnaléhi, Coordinatrice générale des ressortissants de la CEDEAO et Présidente de la communauté ivoirienne vivant en Guinée. Dans cet entretien, notre interlocutrice a fait son analyse sur la semaine nationale de la citoyenneté, lancée il y a quelques jours par le ministre en charge de l’Unité Nationale et de la citoyenneté, et clôturée mardi par le président de la République, le Pr Alpha Condé. A la même occasion, elle a évoqué en quelques mots l'importance du rapprochement entre les pays de la CEDEAO pour la consolidation de la paix et de l’Unité. Aussi, elle a fait la proposition des projets qu’elle envisage pour les années futures. Lisez…

Kibarou : Bonjour Madame !

Mme Lydia : Bonjour Messieurs les journalistes ?

Quelle analyse faites-vous sur la semaine nationale de la citoyenneté en Guinée ?

Je pense que c’est une très bonne initiative de la part des autorités guinéennes. Cette semaine de la citoyenneté concerne non seulement les guinéens mais aussi toutes les populations qui résident sur le territoire guinéen. Dans ce cas, chaque citoyen doit être conscient de certaines réalités concernant le territoire sur lequel il réside. A mon avis les leaders de tous bords doivent œuvrer pour la promotion de la paix surtout dans la sous région. Je crois que cette journée de la citoyenneté nous concerne aussi.

Parlez-nous de la plateforme dont vous êtes la coordinatrice ?

La coordination des ressortissants de la CEDEAO est une plate formation qui a été mise en place depuis le 02 octobre dernier. Elle regroupe tous les pays membres de la CEDEAO. Elle a été mise en place pour unifier davantage le peuple et participer à l’intégration africaine. Nous avons jugé nécessaire de mettre nos efforts ensemble pour être plus proches les uns des autres. Parce que pour créer la paix, non seulement dans la sous-région et partout dans le monde, il faut que le peuple se rapproche. C’est pour quoi notre objectif premier, c’est le rapprochement et le rassemblement de toutes les communautés résidant en Guinée.


Où en sommes-nous par rapport à vos actions sur le terrain ?

En ce moment, nous sommes à une phase de réunification de l’ensemble de nos communautés résidant en Guinée pour plus de convivialité entre nos communautés. Nous avons entamé un certain nombre de programmes, notamment un tournoi de football qui doit se tenir le 19 novembre au 17 décembre 2016. Ce tournoi s’ouvre à toutes les communautés des pays membres de la CEDEAO. C’est une manière pour nous de renforcer davantage nos capacités, nos communautés. C’est une action qui contribuera à la promotion de la paix dans la sous-région. Pour les années futures, nous comptons, premièrement, marquer notre génération. C'est-à-dire, laisser un bon héritage à la génération qui arrive après nous. Nous voulons poser des actes concrets.

Selon vous comment consolider la paix dans un pays ?

Dans un premier temps, c’est le langage des leaders qui doit être changé. Parce que tout leader qui est amené à trainer le monde derrière lui. Je pense qu’il doit avoir un bon langage. Il doit véhiculer un langage de paix et d’unification. Donc cela fait parti des projets qui nous préoccupent de plus, amener le peuple à changer le langage et à œuvrer dans le sens de la paix. Et participer à certaines prises de décision sur le plan international pour le meilleur devenir du pays.

Quel appel lancez à l’endroit de vos compatriotes ivoiriens ?

Je dirais à tout le monde d’avoir une bonne attitude. Car l’attitude d’une personne détermine certainement l’altitude. J’appelle toutes les communautés à œuvrer dans le sens de la paix en Guinée et de faciliter la mission de leurs pays respectifs. La gestion des ressources humaine est plus difficile que toute autre gestion. Mais de ce côté, je n’ai pas d’inquiétude parce que aujourd’hui, par la grâce de Dieu, par la bonne volonté de chaque ivoirien. Les ivoirien me facilitent la tâche. Ils doivent se dépouiller de toute mentalité de médiocre, de paresse, pour s’aligner sur le chemin de l’excellence. Donc de ce côté, je suis vraiment entourée d’une équipe forte et dynamique. Les ivoiriens qui ont véritablement choisi de changer de langage et de mentalité. Donc je suis très bien accompagnée et aujourd’hui je ne me plaints pas de la responsabilité que les ivoiriens m’ont confiée. C’est à avec l’appui des uns et des autres que j’arrive à surmonter les difficultés qui se présentent à moi au quotidien. Je crois que dans l’ensemble ça va.

Votre mot de la fin ?

Je dirais aux ivoiriens de continuer à participer activement à toutes les assemblées générales organisées. Je voudrais aussi étendre mon appel aux autres communautés d’essayer de passer leur différence, leur limitation, de réunifier leur communauté. Et de rester ensemble. Parce que c’est ensemble forcement que nous ferons des exploits.

Merci Madame !

C’est à moi de vous remercier

Décryptage réalisé par Younoussa Sylla, pour kibarounews.com

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha