Bannière

Coleah Lancebounyi : les habitants se servent d’eau de citerne


La Guinée, château d’eau de l’Afrique occidentale avec au moins 500 cours d’eaux, continue de vivre ce phénomène de rareté. Jusqu’à présent, nos dirigeants qui se sont succédés peinent à approvisionner la population en eau potable et n’ont engagé aucune politique pour ne pas que la Guinée soit dans cette situation.

De nos jours, dans notre capitale Conakry, partout où on passe, on aperçoit la présence des camions qui ravitaillent la population en eau qui devient aussi un luxe pour bon nombre de ses habitants. Parfois, c’est un véritable casse-tête pour avoir une goutte d’eau pour des travaux domestiques.

Il faut dire que les populations, surtout celles qui habitent dans les zones périphériques de la capitale, en souffrent plus. Le sommeil n’a plus de droit quand on veut avoir de l’eau potable au robinet ou aux bornes fontaines. Paradoxalement, eau potable rime avec courant électrique dans la cité.

C’est souvent l’occasion pour les populations de se frotter les mains. Elles veillent aux aguets pendant la journée. D’autres citoyens se trouvant dans des quartiers comme Coléah Lancebounyi dans la commune de Matam un autre calvaire pour ses habitants.

Camara Ibrahima Sory

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha