Bannière
Bannière

Congé obligatoire pour les élèves : Voici les précisions du ministre Ibrahima Kourouma


Le ministre de l’enseignement pré- universitaire et son collègue de la formation professionnelle ont décidé d’envoyer les élèves en congé obligatoire pour 12 jours. Pour eux, cette mesure vise à permettre aux enseignants nouvellement affectés de rejoindre leur poste. Une décision qui n’est pas appréciée par le conseil national des organisations de la société civile, d’autant que l’école guinéenne présente d’énormes difficultés qui entravent la formation des élèves.

Depuis le 02 février2017, les élèves guinéens sont en congé obligatoire sur toute l’étendue du territoire nationale. Ça été une décision des deux ministères, de l’enseignement pré-universitaire et celui de la formation professionnelle. Selon eux, cette mesure permet aux nouveaux enseignants de rejoindre leurs postes respectifs.

« Pour éviter par exemple qu’à Conakry, les nouveaux enseignants soient présents et que à Yomou et Beyla, ils arrivent en retard, nous avons souhaitez donner un congé de 12 jours. Et cela va dans le seul but de permettre aux nouveaux enseignants de rejoindre leurs lieux de travail, pour que les cours puissent continuer dans les bonnes » a déclaré Dr Kourouma.

Mais pour le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, cette démarche des autorités en charge de l’éducation, d’autant que ces congés interviennent à un moment où des établissements d’enseignements publics enregistrent des remous, qui atteignent même les écoles privées.

« Ces congés sont arrivés à un moment où je ne m’y attendais pas. En plus, ce n’est pas une période traditionnelle de congé. Parlant de l’affectation des nouveaux fonctionnaires de leurs lieux de travail, c’est normal. Mais avant leur recrutement, l’école fonctionnait normalement. Donc ça ne vaut pas la peine d’envoyer les élèves en congé » a confié Dr Dansa.

Une situation qui intervient à un moment où une grève est déclenchée par l’Unité d’Action Syndicale, mais aussi des mouvements de revendication des enseignants non pris en charge.

A rappeler qu’après les chiffres d’affectation, sur les 5000 nouveaux enseignants recrutés au compte de l’éducation, les 90% sont affectés hors Conakry. Une manière pour les départements de l’éducation, de combler le déficit d’enseignants qui se pose notamment à l’intérieur du pays.

I.S Camara

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha