Bannière
Bannière

Dialogue politique: Cellou Dalein Diallo saisit la main tendue d’Alpha Condé


Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, a finalement obtenu le feu-vert de son parti et celui de l’ensemble de l’opposition, dont il est le chef de file, pour accepter l’invitation du président Alpha Condé à le rencontrer, rendue publique le 24 août.

La décision a été prise ce vendredi 26 août au terme d’une large consultation faisant suite à celle, la veille, du bureau politique national de l’UFDG. « Nous avons décidé de répondre favorablement à l’invitation du président de la République, explique Cellou Dalein Diallo. Nous allons l’écouter. Si ses engagements sont rassurants, nous irons au dialogue. Mais si c’est un ensemble de vœux pieux, il n’y aura pas de raison d’y aller ».

Ce tête-à-tête au sommet entre Alpha Condé et le chef de file de l’opposition, dont la date n’est pas encore fixée, s’inscrit « dans le cadre des consultations périodiques portant sur les questions d’intérêt national, notamment les efforts à fournir pour relancer le dialogue politique national », précise le communiqué de la présidence. Cellou Dalein Diallo laisse par ailleurs le soin à Alpha Condé de fixer les modalités de la rencontre. « Je me rendrai disponible à la date choisie », assure-t-il.

« La stabilité est indispensable pour le progrès du pays »

La main tendue d’Alpha Condé intervient une semaine après que l’opposition guinéenne a fait descendre des milliers de personnes dans la rue pour réclamer, entre autres, la réouverture du dialogue politique. Un signal qui semble avoir trouvé un écho positif, se réjouit le juriste Mohamed Camara. « J’ai appelé cette initiative de tous mes vœux. La stabilité est indispensable pour le progrès du pays. J’ai invité l’opposition à répondre à l’invitation sans préalable, et le pouvoir à veiller au respect de ses engagements ».

Mohamed Camara espère que le tête à tête pouvoir – opposition débouchera sur la tenue des élections communales et communautaires pour le remplacement des élus locaux dont le mandat est échu depuis 2010 et celui des délégations spéciales installées à la faveur du dialogue politique du 20 août 2015 pour une durée légale de six mois. Il ne sera toutefois pas question de renégocier les conclusions du précédent dialogue, prévient le chef de file de l’opposition guinéenne, qui compte exiger du chef de l’État des garanties pour le respect des futurs accords.
Avec JA

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha