Bannière

El hadj Fodé Bangoura du PUP : « Si la constitution ne veut pas un troisième mandat, il n’y a pas un troisième mandat, c’est clair »


Le président du parti de l’unité et du progrès (PUP), El hadj Fodé Bangoura, a rencontré le samedi 4 février à son siège, les militants et sympathisants de son parti. C’était, à l’occasion de sa première assemblée générale au compte l’année 2017.

Debout devant ses militants, avec une casquette sur la tête aux couleurs du parti, le présidant du PUP s’est d’abord adressé en langue vernaculaire ‘’Soussou’’ pour saluer la forte mobilisation, avant de demander des excuses auprès de ceux-ci pour les désagréments causés lors de la dernière cérémonie de commémoration (Fidawou) de la mort du feu Général Lansana Conté (fondateur du parti et président de la deuxième république, ndlr). Une cérémonie qui s’est tenue au village natal du défunt où certains militants n’ont pas pris part, faute d’incompréhension.

Dans un point de presse qu'il a animé avec presse, Fodé Bangoura a répondu à certaines questions liées à la nomination du président Alpha Condé à la tête de l’Union Africaine (UA), son accueil triomphal du jeudi dernier au pays après le sommet d’Addis Abeba, ensuite son analyse par rapport à la sortie médiatiques de certains membres du RPG faisant état d’un 3ème mandat d’Alpha Condé.

Dans sa première réponse, il apporte ceci : « C’est une présidence tournante et ça été une chance pour Alpha Condé parce qu’il était le seul candidat en lice pour la région ouest africaine. Idriss Deby vient de passer la main, Mugabe même l’avait eu. Donc, quiconque demande peut l’avoir. C’est une présidence tournante. On ne lève pas le doigt pour voter. C’était le tour de la région ouest africaine de choisir quelqu’un ».

Pour Fodé Bangoura, ce qui est important c’est ce qu’Alpha Condé doit faire de ce mandat. Puisque, selon lui, le défi est que la Guinée doit montrer la preuve d’exemplarité. « Il faut faire en sorte que l’Afrique soit unie. Pour que l’Afrique soit unie, il faut que les guinéens soient d’abord unis. Il faut faire à l’intérieur pour que ça marche. Vous ne pouvez pas dire à quelqu’un d’autre de balayer devant sa maison, alors que devant votre maison, il y a des ordures. Qu’est-ce que les guinéens, nous tous, nous allons faire de ce mandat. C’est qui est plus important », s'est-il interrogé.

Fodé Bangoura admet cependant la réception d’Alpha Condé, mais n’apprécie pas grand choses là dans. Pour lui, ce n’est pas le rôle d’un parti politique d'organiser pareille reception quand il s'agit d'une affaire nationale. « Ce que je n’ai pas aimé dans ça, c’est comment un parti politique ne demande pas à un gouvernement de décréter une journée chômée payée, puisque c’est un problème national, c’est une affaire du gouvernement. Que le porte parole du gouvernement, que le ministre de la Fonction publique, qui est le patron de tous les travailleurs, que le premier ministre etc., même s’il faut se rattraper après. Mais qu’un parti politique ne se lève pas pour dire c’est nous. Pour moi, c’est un problème national. J’ai bien suivi et bien apprécié le discours du président de la commission. C’est vrai. La Guinée a acheté la paix dans la sous-région. Il a rappelé ce que Sékou Touré a fait, ce que Lansana Conté a fait, ce que tout le monde a fait dans la sous région. C’est ça le discours rassembleur », apprécie, Fodé Bangoura.

Le président du PUP n'apprécie pas les voix qui se lèvent pour le soutien au 3ème mandat d’Alpha Condé, ces gens, dit-il, doivent se réserver de tels propos qu’il qualifie d’‘’incendiers’’. « Je suis contre tous ceux qui veulent enflammer la cité. Si ces propos doivent mettre le feu au pays, il faut se garder de le dire. Chacun est libre de s’asseoir quelque part pour prendre le micro pour dire ce qu’il veut. C’est aux guinéens de réagir. Mais qu’elle serait la réaction des guinéens ? Alors, ce que je demande aux guinéens, puisqu’ils veulent la paix, la quiétude, tout ce qui peut compromettre cette paix, cette quiétude, dans la cité, il faut se garder de le dire. Moi, ma position, c’est le respect de la constitution. Si la constitution ne veut pas un troisième mandat, il n’y a pas un troisième mandat, c’est clair », lance le président du PUP, El hadj Fodé Bangoura.

Younoussa Sylla

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha