Bannière

Energies renouvelables : les Chefs d’Etats africains prévoient une capacité de 10 gigawatts d’ici l’an 2020


Le président guinéen, Pr Alpha Condé et son homologie du Tchad, Idris Deby ont tous les deux présidé, ce samedi 4 mars 2017 à Conakry, la réunion des Chefs d’Etats et de Gouvernements africains.

En conseil d’administration de l’Initiative de l’Afrique sur les Energies Renouvelables (AREI), les Co-présidents de la dite cérémonie se sont mis d’accord sur différents points de proposition de projets qu’ils promettent de soumettre aux financements des partenaires.

Au terme donc de la rencontre à huis clos qui s’est tenue au palais Mohamed VI, les deux dirigeants ont explicitement annoncé une prévision d’une capacité de 10 gigawatts d’ici l’an 2020.

« L’AREI est une affaire de l’Afrique. Donc, l’Afrique qui doit décider quels sont les projets qui doivent être financés. Une fois qu’on propose ces projets, nous allons dire à chaque chef d’Etat d’envoyer ses projets, demander quels sont ceux qui sont prioritaires. On envoie ces projets prioritaires à l’AREI qui doit aussi sélectionner des projets, en plus des 19, pour nous soumettre en juin. Nous avons en tout 10 GW qu’ils ont promis jusqu’en 2020. C'est-à-dire 2017, 2018, 2019, 2020 l’AREI va continuer à sélectionner les projets et les Etats africains vont les envoyer jusqu'à ce qu’on arrive au 10 GW qui ont été promis à la COP21 à Paris. En même temps, l’AREI va mettre en place un comité qui va travailler sur la gouvernance de l’AREI», précise Alpha Condé, président de la République de Guinée.

Appuyant donc les propos de son homologue guinéen, le président du Tchad, Idris Deby, rassure par la suite que d’autres partenaires très nombreux viendront encore en appui à ces projets pour que les objectifs fixés soient atteints.

« Ça fait un total de 4 milliards d’euros pour une puissance de 1,75 GW. Les 19 mégawatts font partie des 44 projets. On a une administration qui va se mettre en place. En même temps, d’autres projets vont sortir et vont être lancés. Donc d’ici 2020, nous devrons atteindre 10 GW par rapport aux engagements de tous les participants dont certains sont européens et la BAD. D’autres partenaires très nombreux viendront encore en appui pour attendre l’objectif des ambitions et des engagements qui ont été pris par les uns et les autres ».

Pour clore, on rappelle que ‘’plus de 650 millions d’africains n’ont pas accès à l’énergie. De ce fait, la demande de l’énergie moderne, stimulée par la croissance économique, l’évolution démographique et l’urbanisation, devrait bondir. Il est donc capital de combler ce déficit énergétique et l’AREI est justement la réponse à ce problème.’’, disait, Alpha Condé, lors de son discours d’ouverture de la session qui s’est tenue le 02 mars dans un espace hôtelier de la place.

Younoussa Sylla

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha