Bannière

Fodé Bangoura, PUP : « Personnellement, je suis préoccupé par la situation sociopolitique de la Guinée »


Le président du Parti de l’Unité et du Progrès, El hadj Fodé Bangoura, s’est entretenu le Samedi 21 octobre 2017 à son siège avec plus d’une centaine de militants. Un seul point était à l’ordre du jour. Il s’agissait du compte rendu des activités des différentes fédérations de Conakry. Un compte rendu qui a été fait par les coordinateurs des différentes circonscriptions dans le cadre du préparatif des prochaines élections en Guinée.

Au cours de ladite assemblée hebdomadaire du parti, il était question pour ces derniers d’échanger sur l’installation des structures à la base dont le président Fodé Bangoura se félicite de la réussite et encourage ses hommes à continuer le travail.

« L’objectif, c’est de préparer les futures échéances électorales. Nous avons les stratégies, mais je ne peux pas les décliner ici », confie-t-il, avant d’estimer que la situation sociopolitique du pays reste alarmante, vu que le tissu social devient de plus en plus fragile.

« Personnellement, je suis préoccupé par la situation sociopolitique de la Guinée. D’abord, avant d’être militant, je suis citoyen du pays. Donc entant que citoyen de la Guinée, je suis préoccupé. Je vois aujourd’hui que le guinéen préfère qu’on l’appelle malinké, soussou, peulh que de l’appeler guinéen tout court. Ça veut dire que la construction d’une nation viable est difficile. Le tissu social guinéen est très fragile aujourd’hui. La preuve, c’est que chaque semaine on entend des remous sociaux à l’intérieur du pays comme à Conakry », dit-il.

Fodé Bangoura s’est également interrogé sur l’extrême pauvreté de la population guinéenne dans les secteurs tels que l’eau, l’électricité et recherche de quotidien qu’il juge injuste de la part des gouvernants du pays.

« Les guinéens souffrent. Ils se plaignent de la gouvernance. Parfois, si ce n’est pas les enseignants qu’on réclame, c’est l’eau, les routes ou l’électricité. On peut dire que le minimum vital n’est pas réglé ».

Le président du PUP a réitéré sa ferme volonté de multiplier ses combats dans tous les coins du pays en vue de conquérir le fauteuil présidentiel dans les années à venir.

Sylla

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha