Bannière
Bannière

Guinée: Abdourahamane Sidibé, trafiquant africain de grands singes tombe dans le filet de l’Interpool !


Condamné par défaut à 5 ans de prison ferme par la Justice Guinéenne pour délit de capture, détention, circulation, commercialisation, importation et exportation d’espèces animales intégralement protégées depuis juillet 2016, Abdourahamane Sidibé a été enfin localisé puis arrêter dans la matinée du samedi 18 février 2017 en haute banlieue de Conakry. Cette opération a été conduite par les hommes du BCN d’Interpol grâce au soutien de GALF (Guinée Application de la Loi Faunique). En ce moment, il est reçu à la maison centrale de Conakry où il doit purger 5 ans de peine pour avoir frauduleusement exporté un nombre important d’espèces animales intégralement protégées.

Revenant sur les circonstances de son arrestation, il faut rappeler qu’Abdourahamane Sidibé a été condamné par défaut à 5 ans de prison ferme en même temps qu’Ansoumane Doumbouya, ancien chef corrompu de la CITES (convent internationale sur le commerce des espèces de la faune et de la flore sauvage menacées d’extinction) arrêté en août 2015 suite aux investigations menées par les défenseurs de l’Environnement. Reconnu coupable du délit d’usurpation de titre, faux, usage de faux en écriture publique, livraison frauduleuse des permis CITES aux trafiquants, par le tribunal de première instance de Kaloum, le sieur Ansoumane Doumbouya a durant des années délivré frauduleusement des permis CITES aux trafiquants principalement à Abdourahamane Sidibé et autres. Par l’effet de la corruption des autorités administratives de l’organe CITES à l’époque, 130 chimpanzés et 10 gorilles indique-t-on, ont été exportés illégalement en Chine via ce système corrompu avec des permis CITES sous le code source C, signifiant qu’ils étaient déclaré comme élevé en captivité.

Prenant connaissance de sa condamnation par défaut à 5 ans de prison ferme avec un mandat d’arrêt international délivré contre lui, M. Abdourahamane Sidibé a quitté le pays il y a de cela un an,ilaurait orienté ses activités dans d’autres pays notamment : la Cote d’ivoire, la RDC, etc… .Toutefois,Grâce aux investigations menées par les hommes de l’Interpol avec l’appui de GALF à travers le réseau EAGLE implanté dans 9 pays d’Afrique , il est déniché et mis aux arrêts dans la matinée de samedi 18 février 2017.
Abdourahamane Sidibé était à la tête d’un puissant réseau transcontinental ayant par la bénédiction du commandant Ansoumane Doumbouya ancien chef de l’organe de gestion CITES, exporté un nombre important de grands singes en chine et dans le reste du monde. Son arrestation est un grand exploit du Gouvernement Guinéen et l’ensemble des partenaires dans le cadre de la lutte contre la criminalité faunique ayant altéré l’image du pays à l’échelle internationale. Car, plusieurs BCN d’Interpol de la sous-région ouest africaine avaient été contacté pour l’organisation des missions d’opérations simultanées dans différents pays sur Abdouramane Sidibé et d’autresmembres de la famille Sidibé ayant également fait l’objet de condamnation et qui sont sous mandat d’arrêt. Ainsi, la semaine dernière, par l’efficacité des informateurs, le BCN d’Interpol avec le soutien de GALF a été informé de sa présence en Guinéeet localisé dans la haute banlieue de la commune de Matoto où il sera par la suite arrêté et conduit à la maison centrale de Conakry mettant ainsi fin à une longue investigation.

Sur son implication dans l’exportation des grands singes, il faut rappeler que le réseau Sidibé est actif dans le trafic international depuis 30 ans. Une activité illicite et lucrative puisque les chimpanzés exportés en chine se vendent au prix de 20.000 dollars l’unité, des lamantins exportés dans les différents pays asiatiques au prix de 50.000 dollars l’unité sans compter d’autres animaux protégés et des oiseaux exportés dans la plus grande violation des lois nationales et de la Convention CITES.

Le condamné Sidimé Abdourahamane a tout de même demandé opposition et son procès est programmé le jeudi prochain au tribunal de première instance(TPI) de Kaloum. En tout cas ses explications devant le tribunal permettront à la Justice Guinéenne d’en savoir plus sur l’implication du commandant Ansoumane Doumbouya, ancien chef de l’organe de gestion CITES. Puisque ce dernier, vient d’être gracié par le président de la République quand bien même les deux parties à son procès avaient interjeté Appel auprès de la Cour d’Appel de Conakry tout comme le Parquet du TPI de Kaloum.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.


La Rédaction

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha