Bannière

Guinée : Voici le discours du Président Alpha Condé de la session d’ouverture du séminaire technique AREI à Conakry


Le Président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé, a présidé ce jeudi 2 mars 2017 à Conakry la cérémonie d’ouverture du premier dialogue des partenaires de l’Initiative de l’Afrique sur les Energies Renouvelables(AREI). A cette occasion, on vous propose de lire l’intégralité de son discours. Lisez…

Mesdames et Messieurs les Représentants des Administrateurs s Africains et des Partenaires ;
Mesdames et Monsieur des Représentants de la Commission de l’Union Africaine et de la Banque Africaine de Développement ;
Monsieur le responsable par intérim de l’Unité de Gestion Indépendante de l’AREI et son équipe ;
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs


Soyez tous la bien venue en terre africaine de Guinée à ce premier dialogue entre l’ensemble des parties prenantes à l’Initiative de l’Afrique sur les Energies Renouvelables (AREI). D’ailleurs, il sera important de tenir de telles rencontres de façon régulière et permanente pour consolider la dynamique et renforcer l’action collective.

En effet, l’Initiative de l’Afrique sur les Energie Renouvelables, lancée par les Chefs d’Etats Africains à la Cop 21 à Paris en décembre 2015, vise à déployer au moins 10 GW de capacités nouvelles et additionnelles d’énergies renouvelables d’ici 2020 et au moins 300 GW de capacités nouvelles et supplémentaires d’ici 2030.

Vous conviendrez avec moi que la réalisation des objectifs fixés nécessite la mobilisation des ressources financières substantielles.

Dès son lancement à paris, un groupe de dix partenaires internationaux, composés des pays du G7, joints par l’Union Européenne, la Suède et les Pays-Bas, ce sont engagés à mobiliser au moins 10 milliards USD de 2015 à 2020- dans une « Déclaration conjointe à l’appui de l’AREI ».

Pendant que l’AREI poursuit son opérationnalisation , avec la tenue de son premier conseil d’administration en marge du sommet de l’UA, le 30 janvier dernier, la création et dotation de l’unité de gestion indépendante, la clarification des enseignements financiers, des modalités de coordination entre partenaires, voire des critères pertinents de sélection de son portefeuille est apparu comme une étape essentielle dans la pleine mise en œuvre et l’atteinte des résultats fixés par les Chefs d’Etats Africains .

Mesdames et Messieurs

Je souhaite ici remercier Monsieur le Président Abdel Fattah al-Sissi, président de la République arabe d’Egypte et coordinateur du comité des chefs d’Etats et de gouvernements africains sur les changements climatiques (CAHOSCC) jusqu’au 30 janvier dernier pour le rôle moteur qu’il a joué avec son pays dans la mobilisation des Chefs d’Etats et de gouvernements pour soutenir l’AREI à ses débuts.

Permettez moi également de remercier nos partenaires du groupe des sept (G7) et du groupe des vingt (G20) et en particulier les pays développés partenaires dont les gouvernements de la France, de l’Allemagne, de la Suède, des Pays-Bas, du Canada, de l’Union Européenne, ainsi que la Chine, l’Inde et d’autres pays en développement partenaires pour l’appui sans faille qu’ils ont apporté à l’AREI.

Je vous avoue que je suis fier et heureux de l’immense soutien qu’a reçu l’AREI jusqu’à présent. Mais après le soutien, nous devons passer à la réalisation concrète des engagements de chacun.

Comme vous le savez, plus de 650 millions d’africains, n’ont pas accès à l’énergie moderne. De ce fait, la demande en énergie moderne, stimulée par la croissance économique, l’évolution démographique et l’urbanisation, devrait bondir. Il est capital de combler ce déficit énergétique et l’AREI est justement la réponse à ce problème.

Mesdames et Messieurs

Ce séminaire technique devra tout particulièrement répondre aux questions suivantes :

1- Comment assurer une appropriation adéquate et une compréhension globale commune de l’AREI et de ses modalités opérationnelles ?

2-Quel sera la valeur ajoutée du fonds spécial AREI et les facteurs qui contribueront à son plein succès ?

3-Quelle est la nature des engagements individuels actuels de chaque partenaire et comment assurer que ceux-ci intègrent et utilisent le Cadre et le Plan d’actions de l’AREI pour orienter et diriger leurs actions en vue de permettre à l’Afrique un leadership effectif dans la priorisation des financements et garantir une plus value certaine des interventions ?

En fin,

4-Comment renforcer la communication, la coordination et la synergie entre les partenaires et l’unité de gestion indépendante pour une mise en œuvre conjointe efficiente et efficace.

Des réponses claires et adéquates à ces quelques préoccupations nous permettront sans doute d’opérer un bon qualificatif significatif dans l’avancé de notre initiative commune.

Par conséquent, je vous souhaite à tous de très fructueux échanges au cours des deux prochaines journées.

J’attends tout particulièrement des propositions et recommandations concrètes susceptibles de faire l’objet de décisions lors de la seconde session de conseil d’administration de l’AREI qui se tiendra ici même à Conakry, au palais le 4 mars.

Sans plus tarder, je déclare ouvert le premier dialogue des partenaires de l’initiative de l’Afrique sur les Energie Renouvelables.

Je vous remercie


Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha