Bannière

Guinée: l’opposition menace de reprendre les manifestations de rue après le mois de Ramadan


Rompus depuis plusieurs mois, les travaux du dialogue politique interguinéen ont repris vendredi à Conakry sur fond de crise, en présence de toutes les parties prenantes. L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Bouréma Condé, président du cadre de dialogue politique.

La majorité présidentielle formée autour du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG, parti au pouvoir) et les partis de l’opposition réunis autour de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, principal parti d’opposition en Guinée) sont engagés dans les pourparlers afin de trouver un consensus sur les conditions d’organisions des élections locales à la base.

Pour ce faire, les deux parties mettent l’accent sur l’adoption et la promulgation par le président de la République du nouveau code électoral, qui fixe les modalités de la tenue des élections, avec la participation de toutes les parties prenantes. Les acteurs politiques ont jugé nécessaire d’élargir le dialogue aux membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI, organe chargé de l’organisation des élections).

“Nous avons des avancées très significatives par rapport au contenu des accords politiques”, a estimé M. Condé.

Il a indiqué qu’un opérateur électoral serait bientôt recruté pour procéder à l’audit du fichier électoral qui, par le passé, a fait l’objet de critiques de la part des acteurs politiques de l’opposition guinéenne.

Le ministre de l’Administration du territoire a aussi précisé que les demandes d’indemnisation pour des dommages subis au cours de manifestations politiques seraient traitées dans les prochains jours. Compte tenu du blocage du dialogue politique interguinéen, le porte-parole de l’opposition Aboubacar Sylla a annoncé récemment que les partis de l’opposition reprendraient les manifestations de rue dès la fin du mois de ramadan dans tout le pays.

Ces manifestations politiques visent à exiger du gouvernement guinéen le respect des engagements relatifs aux accords politiques signés le 12 octobre 2015 et qui devraient aboutir à l’organisation des élections communales et communautaires en Guinée.

Xinhua

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha