Bannière
Bannière

Guinée: les élèves et enseignants ont repris le chemin de l’école


Comme annoncé par le ministère de l’enseignement pré-universitaire, la rentrée des classes session 2016-2017 a eu lieu ce mardi 04 octobre sur toute l’étendue du territoire national. Pour cette première journée, certains établissements publics n’ont pas connu la mobilisation des élèves. Par contre, dans les écoles privées, l’engouement était de taille. C’est le constat fait par notre reporter après un tour dans certains établissements publics et privés de la capitale.

Après trois mois de vacances, l’ouverture des classes a été effective ce mardi sur toute l’étendue du territoire. Mais à Conakry, le constat révèle que certaines écoles publiques n’ont pas connu de mobilisation d’élèves pour cette première journée. C’est le cas du Lycée Léopold Sédar Senghor où seulement 47 élèves, options confondues, étaient repartis dans deux salles de classes. Une situation que déplore Celestin Théa et Sira Tanga tous élèves de cet établissement : « je déplore l’absence des amis et pourtant l’examen se prépare dès maintenant et non pas demain. Donc j’encourage tout le monde à venir à l’école. Malgré l’effectif, on ne nous a pas négligé. On nous a dit de rentrer en classe pour ne pas perdre ces premiers cours là. Pour cela, j’aimerais informer les parents d’élèves de laisser leurs enfants venir à l’école. Malgré l’actualité économique, ces élèves doivent venir. Parce que nous les enfants, nous sommes les futurs cadres de notre pays, si nous restons à la maison, nous ne pouvons rien faire. »

Pourquoi installer des élèves d’options différentes dans une même salle ? Mahamadou Diallo, senseur dans cette école donne des précisions : « c’est devenu une tradition en Guinée. Le premier jour de la rentrée les gens ne viennent pas nombreux à l’école. Mais l’année passée, c’est ce qu’on a fait. Le premier jour, on a regroupé les élèves par toutes options confondues et deuxième et troisième jour, les élèves viendront nombreux. »

Dans cet autre établissement privé, élèves et enseignants sont mobilisés en grand nombre pour ce premier jour de la rentrée scolaire. Henriette Koivogui et Enoch Kamano, tous élèves du groupe scolaire Enfant Noir donnent leurs sentiments : « je suis vraiment dans la joie, au groupe scolaire « enfant noir », nous avons constaté l’engagement des professeurs par le départ des cours. Pour cette première journée, nous faisons le cours de français et nous faisons même quarante personnes en classe. Quant à moi, nous suivons des cours de Mathématiques ce matin. Comme nous avons bien commencé les cours, nous voudrions que cela soit continu. »

Bangaly Konaté, professeur chargé des cours d’économie à Enfant noir fait son constat : « non seulement le personnel enseignant a répondu au grand complet, mais aussi nous avons constaté une grande mobilisation du côté des élèves. A cette ouverture, il y a eu beaucoup de changements du côté de l’Administration de l’école pour rendre aussi le service beaucoup plus efficace. Ensuite, il y a eu beaucoup d’innovations non seulement dans le cadre infrastructurel mais aussi dans le cadre pédagogique. Par exemple ici à l’enfant noir, le maximum d’effectif demandé dans les classes de cet établissement c’est 30 élèves par salle. Mais ce matin dans ma classe, il y a déjà 25 élèves comme pour vous dire que les élèves sont venus à grand nombre. »

Selon des constats, chaque année, la première semaine de l’ouverture des classes est souvent boycottée par certains élèves et enseignants. Que faut-il pour changer cette donne ? A chacun d’y réfléchir.

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha