Bannière
Bannière

La journée mondiale de la population célébrée cette semaine en Guinée


A l’instar des autres pays, la Guinée a célébré le lundi dernier la journée mondiale de la population. Placée sous le thème : « Investir sur les adolescentes », cette journée a été organisée par le Ministère du Plan et de la Coopération Internationale, en partenariat avec l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la population).

Dans son discours introductif, le représentant de l’UNFPA en Guinée, Cheick Fall, martèle que le 11 juillet de chaque année est consacré à la journée mondiale de la population suite à une résolution de l’assemblée générale des Nations-Unies. « Comme d’autres pays du monde, la Guinée célèbre cette journée dont le thème est ‘’investir sur les adolescentes’’ », dit-il.

Selon lui, ce thème rappelle la nécessité de porter plus d’attention sur les adolescentes qui affrontent des défis beaucoup plus nombreux et redoutables que leurs homologues masculins. « Les adolescentes subissent dans nos pays et à large échelle le mariage. Ce mariage précoce l’amène le plus souvent à porter une grossesse alors que son corps n’a pas encore atteint la maturité biologique. Sa santé s’y trouve ainsi atteinte. Le mariage précoce est aussi synonyme d’abandon de l’école », a-t-il fait savoir.

Il souligne par la suite que la Guinée n’échappe pas à cette situation, car 26 % des femmes âgées de 15 ans sont déjà en. Par contre, seulement environ 5 % des hommes ayant l’âge de 18 ans en sont victimes, selon l’EDS de 2012. A cela s’ajoute une autre violence qui est la mutilation génitale féminine. Les résultats de l’enquête sur l’âge au moment de l’excision montrent que la quasi-totalité des femmes ont été excisées avant l’âge de 15 ans, environ (97%). Mais l’espoir n’est pas irrémédiablement et définitivement perdu pour l’adolescente. Cependant, il faut alors agir, et le plus rapidement possible.

De poursuite, le représentant de l’UNFPA en Guinée n’a pas manqué de dire qu’il faut donner à l’adolescent le pouvoir, les moyens et l’information nécessaire pour prendre ses propres décisions dans la vie. Elle aura ainsi plus de chance de réaliser pleinement son potentiel et lui devenir une force positive pour le changement dans son foyer, dans sa communauté et dans sa nation.

Cheick Fall, affirme que l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la population), est résolu à promouvoir et protéger ces droits et à aider les adolescentes à déterminer leurs propres destinées aux côtés du gouvernement guinéen. Il a aussi dit que le succès du nouveau Programme de développement durable dépend de notre aptitude à soutenir les adolescentes et investir en elles.

Pour sa part, Mme Marie Touré, Directrice nationale de la promotion féminine et genre, affirme ceci : « Les jeunes filles et les adolescentes sont plus vulnérables, les adolescentes sont vulnérables en général de la part de la nature ou l’environnement. Mais la jeune fille est plus vulnérable en termes d’éducation, de scolarité. Et elle subit un retard scolaire tout au long de son curcumine ». Elle a ajouté que du point de vue santé, les jeunes filles sont victimes du décès en accouchement. Et quand elles font des enfants, très souvent elles ne pourront plus supporter les études.

Selon elle, le gouvernement est entrain de lutter contre ces fléaux, car dit-elle ‘’nous avons ratifié des conventions internationales sur les conditions de vie des droits d’homme et sur les droits des femmes en particulier. Nous avons un Code guinéen sur la jeune fille, nous avons ratifié toutes les conventions de toutes les discriminations à l’égard des femmes. Aujourd’hui, nous avons mis des mécanismes en place pour surveiller et encadré ces codes. Et remonter toujours la situation des femmes et leurs scolarisations à l’école’’.

Parlant des statistiques, elle a souligné que 73% des femmes et des filles subissent des violences en Guinée, surtout celles qui ne sont pas allées à l’école. Ce sont elles qui sont exposées à toute sorte de violence. « Je pense que les 48 cas de violence sont perpétrés à des filles à l’âge de l’école primaire. Cela veut dire qu’autant la fille parvient à continuer à l’école, autant elle évite les actes barbares, et elle pourra subvenir à ses besoins ».

De son côté, le secrétaire général du ministère du plan et de la coopération internationale a facilité l’UNFPA pour tous les efforts qu’elle déploie pour la promotion de la population, surtout les adolescentes dans notre pays. Il a déclaré que le gouvernement guinéen prend toutes dispositions utiles pour la protection de sa population, en général et les adolescentes, en particulier.

La cérémonie a pris fin par la signature du document qui engage le gouvernement guinéen, les partenaires et les associations dans la protection des adolescentes.

Sylla Younoussa

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha