Bannière

Licenciement abusif : quatre employés de l’Agence de Communication ‘’ Direct-DialoG-’’ sont victimes


En Guinée, le licenciement arbitraire et abusif est devenu monnaie courante chez la plupart des patrons d’entreprises. C’est le cas de quatre (4) employés de l’Agence de Communication en Marketing dénommée Direct-Dialog de se voir licenciés par le PDG Namory Kourouma courant le mois d’août 2016.

Selon Mohamed I Bangoura, l’un des employés de cette agence de communication en marketing, tout est parti de la non signature d’un contrat établi et imposé par le PDG Namory Kourouma.

« C’est depuis 2013, on travaille avec lui et on a signé un contrat verbal dans lequel il a dit ceci vous allez travailler et nous allons faire une augmentation de salaire. Le moi d’août 2016, il a envoyé un contrat ou le salaire est fixe. Nous l’avons dit non dans tout le contrat le salaire n’est pas fixe et il faut toujours donner le contrat à l’intéressé de lire pendant 48h ou 72heures toute signature.

Il a dit que le contrat ne sort pas dans son bureau. C’est ainsi qu’il a dit que qui conque ne signe pas ce contrat dans 30 minutes est considéré démissionnaire de l’entreprise. Nous l’avions dit que nous ne pouvons pas signer le contrat de nous donner le temps.

A notre fort étonnement, dit-il, le lendemain de notre conversation, il a donné l’ordre aux vigiles de ne pas nous laisser mettre pieds dans les locaux de l’entreprise parce que nous n’avons pas signé le contrat.

Nous sommes restés dans ça, le 15 du mois de septembre, il a appelé trois personnes parmi nous les sept (7) considérés comme démissionnaires par lui à reprendre le travail.

« Depuis lors, nous sommes là sans règlement ni rien. Nous avons saisi l’inspection de travail et un huissier de justice qui est en train de travailler sur le dossier. A la fin de ce travail, nous allons l’assigné en justice. Car tu ne peux pas faire travailler quelqu’un pendant trois à quatre ans et l’abandonner sans aucun règlement. Et c’est pour toutes ces raisons que je viens vers les medias pour que nous soyons rétablis dans nos droits et que la justice soit faite », a-t-il conclu.

Notre rédaction a joint le PDG de cette agence de commination pour sa version des faits, mais il dit n’être pas en litige avec aucun de ses employés.

Daouda Yansané

664 44 23 43

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha