Bannière

Pêche maritime guinéenne: Examen d’une feuille de route pour la levée de la sanction sanitaire de l’UE


Après quatre jours d’intenses travaux entre les cadres de l’Office National de Contrôle de Qualité Sanitaire et des produits de la pêche et de l’Aquaculture(ONSPA) dans le cadre de la levée de la suspension de l’exportation des produits halieutiques de la Guinée vers le marché de l’Union européenne a pris fin le jeudi dernier à Conakry. Durant cet atelier, une feuille de route a été examinée pour sortir la Guinée de cette situation. L’atelier avait pour thème ‘’le droit alimentaire de l’Union Européenne et les éléments spécifiques relatifs à l’exportation des produits de la pêche et les principes de certification’’.

Au terme de cette clôture, le formateur Benoit GLAUD, a indiqué que « récemment la Guinée a fait un énorme progrès et elle est sortie de la liste des pays non coopérants à la pêche illégale. A partir de cela, les autorités compétentes ont énormément amélioré ses capacités et nous regardons maintenant la Guinée sur la liste qui l’autorise à exporter vers l’UE ».

Et d’ajouter : « Il y a énormément de points positifs et il reste encore quelques points critiques qui peuvent être réglés. Nous avons étudié à la fin de la session un plan qui permettrait à la Guinée de revenir sur la liste à environ 18 mois. Ces points critiques c’est au niveau du débarquement que les produits soient bien séparés. Les produits qui vont vers l’UE et les produits qui vont vers les autres marchés pour qu’il n’y ait aucun danger de contamination. Il y a aussi quelques questions au niveau d’eau potable dans les établissements. Comme vous savez les réseaux d’eau potable à Conakry ne fonctionnent pas idéalement et aussi quelques points au niveau des documents pour la législation. Mais tout ceci pourrait être réglé. A notre point c’est au niveau des laboratoires comme vous le savez il n’y a pas de laboratoire accrédité en Guinée pour faire des analyses au niveau des produits de la pêche. Donc il faudra probablement organiser l’envoi des échantillons à l’étranger dans des laboratoires accrédités ».

De son côté, Mme Aribot M’Mah SAVANE, directrice de l’ONSPA soutient qu’ « avec cette formation nous sommes au courant de ces nouvelles législations que nous devrons adapter à la législation guinéenne. Cette feuille de route nous a permis d’identifier les points forts et les points faibles de l’autorité compétente qui sont l’ONSPA et puis du secteur privé qui veut exporter les produits vers l’UE. Avec cette feuille de route nous allons mettre en place des plans d’action pour permettre de sortir la Guinée de cette situation. Comme l’a bien dit le formateur, si tous les efforts sont mis en place, si tout le monde s’engage et l’autorité compétente et le gouvernement s’il y a une volonté politique, les opérateurs aussi, dans 12 à 18 mois nous pourrons expédier nos produits sur l’UE, par ce que théoriquement il est dit qu’on peut envoyer nos produits sur l’Union Européenne. Mais tel n’est pas le cas, la sortie de liste non coopérant ne nous permet pas encore d’envoyer nos produits sur le marché de l’UE. Il faut que la sanction sanitaire soit levée, ce qui permettra à la Guinée d’envoyer vers l’UE ».

Au terme de l’atelier, la porte parole des participants a, au nom de ses collègues, remercié les initiateurs et le formateur pour la qualité de cette rencontre. «Nous, participants, remercions la délégation de l’UE et notre formateur pour la qualité de la formation. Nous fondons l’espoir que l’UE apportera son appui pour la mise en application de la feuille de route proposée par les participants que nous sommes », a-t-il lancé.

Bolokada Sanoh

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha