Bannière
Bannière

Pénurie d’eau à Conakry : Quand deux femmes se battent à cause d’un bidon de 25 litres à Kaloum


La Guinée considérée comme le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, sa capitale Conakry vit encore dans une desserte qui ne dit pas son nom. Chose qui continue de révolter les citoyens dans la plupart des quartiers où les femmes se battent à cause d’un bidon de 25 litres.

La problématique d’eau à Conakry est un véritable casse-tête pour les citoyens. Le vendredi dernier, deux femmes se sont sauvagement battues à cause d’un bidon de 25 litres. L’acte s’est déroulé en plein jour dans un quartier de la commune de Kaloum, après la prière de 14 heures.

Pour la petite histoire, un forage se trouvait dans une concession d’un voisin où toutes les femmes de la localité viennent faire de la queue pour se ravitailler. A cet endroit donc où la scène s’est déroulée, notre reporter a interrogé sur place l’une des bagarreuses du nom de Fatoumata Camara, qui a décrit les circonstances de la bagarre : « Depuis 12h, j’étais seule à être à la pompe. Quand ma collègue est venue, au lieu de me demander qu’elle veuille puiser, elle ne l’a fait. Elle a directement pris le raccord pour mettre dans son bidon. C’est ainsi que je lui ai demandé qu’elle nous a trouvées ici, donc elle ne peut pas faire ça. On doit respecter l’ordre d’arrivée au moins. Elle dit non qu’elle doit puiser. C’est pour cette raison que j’ai retiré le raccord dans son bidon. Et elle s’est jetée sur moi », explique-t-elle.

A rappeler que depuis deux ans, il y a certains quartiers où les femmes souffrent encore du manque d’eau. Cette denrée rare n’apparait que pour quelques heures et cela trois fois dans la semaine. Comme par exemple au quartier Coleah dans la commune de Matam, les femmes prennent dès fois le déplacement à 100.000 francs pour se faire un aller-retour. Le pire encore est que ces forages fonctionnent pour la plupart avec le courant électrique qui n’est toujours pas stable. Ce qui veux dire quand il y a manque de courant, il ya manque d’eau. Que faire ?

Affaire à suivre…

Ibrahima Sory Camara

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha