Bannière

Politique : affrontement entre les militants de l’UFR et de l’UFDG, sept (7) blessés


Selon des sources concordantes, cet incident s’est produit dans la commune de Matam lorsque les militants de l’UFDG sont venus attaquer le siège de l’Union des forces républicaines (UFR) lors de son assemblée générale hebdomadaire samedi 11 mars 2017, présidé par l’honorable Ibrahima Bangoura.

N’fanly Camara, un des membres du bureau politique de l’UFR présent au moment des faits raconte: « c’est au moment où on venait d’épuiser l’ordre du jour vers 11h, qu’on a vu des jeunes qui portaient des tee-shirts de l’UFDG, jeter des projectiles dans l’enceinte de notre siège, créant ainsi une débandade totale. Il y a eu sept blessés dont un grièvement et onze (11) véhicules caillassés ».

Poursuivant, M.Camara ajoute : « Ce qu’on a vu samedi, la façon dont ils étaient organisés, vraiment nous pensons que cette attaque a été préméditée et très bien préparée, parce qu’ils ont formé des groupes, pendant que un premier groupe jette des cailloux, les autres se préparaient quand cela fini, le 2ème prend le relais. Ils étaient vraiment organisés pour cette attaque, par ce qu’ils pensaient que le président Sidya du retour à Conakry jeudi était dans le siège.

Les responsables du parti se sont interrogés sur la provenance des barbes sans foie ni loi, c’est ainsi qu’il nous a été rapporté que l’UFDG devrait organiser une manifestation ou son assemblée hebdomadaire vers un coin qui s’appelle Gabon dans la commune de Matam, qu’ils ont relocalisé leur assemblée, nous-même avons été surpris de cet acte et ce qui est étonnant, c’est le fait de déplacer l’assemblée d’un parti politique de son siège pour la tenir dans un autre quartier », a-t-il indiqué.

M. N’fanly Camara a condamné la barbarie dont ils ont été victimes. « Ce que nous déplorons dans cette attaque barbare, c’est l’animosité des agresseurs. Pourtant chaque parti doit œuvrer pour l’éducation civique de ses militants. Cet acte prouve qu’il y a un manque de civisme et d’éducation au sein de certains partis politiques, nous déplorons ce comportement venant de l’UFDG.

L’UFR est un parti qui œuvre toujours pour l’apaisement, la quiétude, la paix sociale. Donc on ne veut pas en découdre avec les autres partis politiques. C’est pour cela nous avons lancé cet appel à ce que les partis se ressaisissent et essayer d’être légalistes comme UFR.

Après cette situation désastreuse, nous avons fait un communiqué par rapport à ça, l’UFR étant un parti pacifique, on cherche tout d’abord à calmer et sensibiliser nos militants de ne pas répondre la violence par la violence. Nous leurs avons demandé de rester calmes et d’être vigilants.

Nous demandons en même temps, le ministère de la tutelle de prendre toutes les dispositions nécessaires par rapport à cette agression qui viole de façon flagrante nos lois afin que cela ne se répète plus, parce que nous ne sommes pas en période de campagne électorale ». a-t-il martelé.

Parlant de la réaction de l’UFR sur cet événement, N’fanly Camara a été claire : « une réunion du bureau excessif sera convoquée dans les jours avenir à la sortie de laquelle une décision sera prise à cet effet ».

Par rapport à la santé du président du parti Sidya Touré, ce responsable de l’Union des forces républicaines a soutenu que ce dernier se porterait très bien: « ça fait tellement rire en entendant que le président de l’UFR est malade, par ce que même en le voyant physiquement, on peut savoir s’il est malade ou pas. C’est une rumeur que les gens sont en train de raconter, c’est du mensonge grossier. Le président Sidya Touré se porte très bien et il n’a aucun problème de santé ».

CAMARA IBRAHIMA SORY

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha