Bannière
Bannière

Promotion du genre : Mama Sara Kaba, allias ‘’Maman SK’’ photographe, à la présidence de la République de Guinée.


Première femme photographe de la présidence de la République Guinée, Mama Sara Kaba, a été interrogée sur l’importance et définition de la photo qui, pour elle, représente une trace, un témoin ou un souvenir. Mama Sara Kaba pense que la photo est un patrimoine qui se transmet de génération en génération pour que chacun se rappelle de ses origines. Car chaque séance est unique afin de correspondre à votre personnalité, à vos envies et à vous tout simplement ! Partagez et aimez aujourd’hui, il est fort probable que vos enfants les découvrent dans quelques années. Lisez.

Présentez-vous à nos lecteurs svp ?

Bonjour ! Je m’appelle Mama Saran Kaba, allias ‘’Maman SK’’ photographe de profession. J'ai grandi dans une famille où on pratiquait cette discipline artistique et naturelle. Je pensais que l’écriture était la discipline qui me correspondait jusqu’à ma rencontre avec la photographie.

Depuis combien de temps vous pratiquez ce métier et comment vous l’avez hérité ?

Merci, j’ai appris ce métier depuis mon enfance avec mon grand frère qui a été le premier photographe de Guinée avec les Américains qui travaillaient avec mon père à Kankan. Donc, grâce à lui, j’ai aimé la photographie. Alors depuis ça je pratiquais la photographie. Mais c’est grâce à l’arrivée du président de la république le prof Alpha Condé que j’ai continué de faire la photo. Depuis son premier jour de sa rentrée au pays, j’étais à l’aéroport de Conakry à ce jour là pour l’accueillir et c’est ce jour que j’ai commencé officiellement à pratiquer ce métier avec lui.

Mais certaines femmes pensent que le métier de photographie est le métier des hommes. Comment répondez- vous à cette inquiétude ?

J'ai du mal à répondre à cette question. J'ai toujours aimé à me projeter dans d'autres réalités comme beaucoup d’entre nous. Et, j’'ai construit mon univers au fil de mes lectures et de mes rencontres en les transposant dans ma réalité et finalement cela n'a pas changé en grandissant.
Alors, je dis mille fois non. C’est en Afrique que les gens pensent que la photographie c’est pour tout le monde. Par ce que, les gens ne connaissent pas son importance. La photo et tout ce qu’on voit, que ce soit sur l’internet ou dans les documents, actuellement, c’est grâce à la photographie qu’on a eu ça. Avant, il n’ y’avait pas de camera sauf la photographie. Donc c’est pourquoi moi aussi j’ai aimé à pratiquer ce métier noble qui me permet de faire toutes mes affaires familiales depuis que j’ai commencé.

La Guinée aujourd’hui, est l’un des pays les plus touchés en matière de la violence basée sur le genre, quelle est votre réaction ?

Ma réaction est de dire que c’est grave, avec ce phénomène. La femme doit être respectée. Elle est la vie de tout le monde. Donc, elle est la dernière se coucher et la première à se lever. Et s’il ya le malheur, elle est la première victime et s’il ya le bonheur elle bénéficie la moitié par ce que les femmes africaines ne sont pas considérées comme dans les autres pays.

Alors selon vous, quelle est la bonne stratégie pour stopper ce phénomène ?

Il faut qu’on se donne les mains pour combattre ce fléau. Tout ce qui se passe sans l’avis des femmes, ne peut pas marcher. Il faut qu’on se lève et montrer à tout le monde que tout ce que l’homme peut faire, les femmes sont aussi capables.

Bientôt les élections communales et communautaires, or dans la liste les femmes sont minoritaires quel est votre avis?

Cela me dérange beaucoup. On dit que l’émancipation des femmes et si les femmes ne sont pas représentées ou on va partir, et que sans la femme rien ne peut marcher. Alors, il faut qu’on soit majoritaire pour développer ce pays, surtout pendant ces élections communales et communautaires.

On vient d’embrasser l’année 2017, quel message lancer aux femmes?

Je commence d’abord par remercier le président de la république. C’est grâce à lui que le pays est dans la paix. Donc je lui souhaite une bonne et heureuse année à lui et à son gouvernement dirigé par Mamady Youla. Je souhaite que le programme entamé se réalise dans des bonnes conditions. Ensuite, Je lance un appel à chacun d’entre nous, hommes, femmes et jeunes, pour tirer les leçons de notre passé commun, pour défendre les valeurs et les acquis de la démocratie et de l’Etat de droit, afin d’œuvrer pour l’entente et la cohésion sociale dans tout le pays.

Propos recueillis par Camara Ibrahima Sory, pour kibarounews.com

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha