Bannière

Promotion du genre : environ 300 jeunes filles accompagnées par un centre d’autonomisation à Conakry


La demande d’égalité entre homme et femme est la préoccupation majeure de la plupart des organisations féminines guinéennes. C’est pourquoi dans les débats, la question revient à chaque fois sur les lèvres en vue de soutenir et encourager la croissance économique et l’employabilité des femmes.

Récemment, lors d’une cérémonie de remise d’équipements et de matériels de travail à une association de femmes (Centre d’Autonomisation et de Promotion des Femmes), nous avons tendu le micro à la Directrice Générale Adjointe dudit centre pour aborder avec elle des questions liées à l’autonomisation et à la promotion des Femmes en Guinée.


Nous vous invitons à lire l’intégralité cet entretien…

Kibarou : Présentez-vous à nos lecteurs ?


Mahawa Gueye : Je m’appelle Mahawa Gueye, je suis la Directrice Générale Adjointe du Centre d’Autonomisation et de Promotion des Femmes.

Alors, ce matin, nous assistons à la cérémonie de remise de matériels et d’équipements à 185 jeunes filles issues des milieux défavorisés de Kindia et Dubréka. En quoi cela représente pour vous ?

Mes sentiments sont des sentiments de joie, de satisfaction et de fierté dans la mesure où le gouvernement, à travers la direction générale l’autonomisation et de Promotion des Femmes, a pu former 300 jeunes filles dans les milieux défavorisés, dans les préfectures de Kindia et de Dubréka dans plusieurs filières, telles que la couture ; la saponification ; l’art culinaire ; la transformation agroalimentaire, etc. Quand on forme ces filles sans les accompagner, la formation n’aura pas de sens. C’est la raison pour la quelle nos partenaires de l’UNFPA et du PNUD nous ont appuyés financièrement pour acheter ces kits que vous voyez .Pour cela, je remercie les autorités gouvernementale pour pouvoir accompagner nos pauvres filles.

On vous a demandé d’utiliser ces matériels à bon escient. Est-ce que cela sera-t-il respecté?

Bien sûr ! Tous ces appareils seront repartis convenablement et à la destination prévue. En plus, la gestion sera efficace à partir du moment où on a pu former ces jeunes filles et les accompagner. Et surtout de vous dire que ce n’est pas la première fois à l’occasion de cette cérémonie 115 jeunes filles ont reçus leurs attestation après un an 2 mois de formation en couture.

Quel message pour des jeunes filles qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école?

Mon message est de leurs dire d’aller apprendre dans les centres qui existent déjà dans toutes les préfectures du pays, y compris dans nos communes de la capitale Conakry. Ces centres sont créés pour aider les filles qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école ou de continuer les études. Et les femmes qui n’ont pas les moyens pour subvenir à leurs besoins. Donc, elles doivent venir dans nos centres pour se former. Car une fille qui a un métier, est une fille autonome.

Le mariage précoce empêche la plupart des filles d’étudier. Selon vous, quelle stratégie faut-il pour éviter ce fléau ?

Dans nos sociétés, le mariage précoce ou forcé, et le commerce sont pratiqués par nos parents. Par exemple nous-mêmes qui sommes partis à l’école, nos droits ne sont pas souvent respectés par nos parents parce que tout simplement elles ne sont pas formés. Donc elles ne peuvent pas connaitre ces droits. C’est pourquoi, nous les invitons à envoyer les jeunes filles dans les centres. Chez nous, la formation est gratuite durant tous les temps que tu fais là-bas. Il y a la sensibilisation sur la planification familiale. C'est-à-dire, apprendre comment protéger l’environnement. Les causeries éducatives face à certains fléaux qui menacent nos cités.

Financièrement, les partenaires vous accompagnent. Quel est votre message de remerciement ?

Nous sommes ensemble depuis longtemps. Quand nous formions les filles, ils nous viennent en aide jusque là où je suis. Et vraiment ce matin, les mots me manquent pour les remercier.

Propos recueillis par Camara Ibrahima Sory

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha