Bannière

Réconciliation nationale : La CPRN en conclave à Conakry avec la presse et la société civile guinéenne


La commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale a rencontré jeudi 16 février 2017 à Conakry, les acteurs de la société civile et les associations de presse. L’objectif était de donner aux médias et à la société civile les grandes lignes des recommandations issues des consultations nationales en vue de la vulgarisation auprès des citoyens.

Dans son discours de circonstance, le co-président de la commission, Mgr Vincent Coulibaly a notifié : « Nous nous sommes attachés au service d’un comité consultatif constitué de personnes ressources de haute qualification : Historiens, Ethnologues, Sociologues, Juristes etc…tous témoins de l’histoire de notre pays. Ce comité a encadré les activités de CPRN et les démarches des cabinets d’expert à travers des orientations sur trois thématiques essentielles à savoir : 1-les faits historiques de violence et conflits en Guinée, et leur incidence sur la cohésion sociale ; 2-le phénomène partisan et le fait ethnique en Guinée ; 3-les efforts de réconciliation précédemment menés en Guinée et les mécanismes traditionnels de résolution de conflits. Par ailleurs, un comité de coordination et de suivi composé de membres issus de l’assemblée nationale, de la société civile, les partenaires techniques et financiers, ainsi que les départements ministériels clés a constamment veillé à l’orientation stratégique, programmatique et opérationnelle de processus de collecte, d’analyse et de traitement de données »

La fondation OSIWA a accompagné la CPRN dans tout le processus de réconciliation nationale. A travers donc son représentant à la cérémonie, Mamadou Diallo, chargé de programme, indique ceci. «Vous n’êtes pas sans savoir que le pays a connu des évènements qui méritent réflexion, qui méritent qu’on en parle et des évènements qui méritent que justice soit rendue, parce qu’il y a des victimes. OSIWA a participé ce travail dans le cadre surtout de la communication et la mobilisation de la population, notamment la société civile et les medias. Il faut que ces populations prennent en soi, qu’elles se sentent partie prenante de toute la procédure ».

Le Représentant du haut commissariat pour les nations unies des droits de l’Homme pense que la question de réconciliation ne se décrète, c’est plutôt le fruit d’un long processus. « Comme vous le savez, la réconciliation nationale ne se décrète pas. Elle est le fruit d’un long processus. Je crois que les autorités de cet Etat ont compris à travers les actes stratégiques qu’ils ont opérés dans le processus de consolidation de la paix, notamment la reforme d’un secteur de sécurité, la réconciliation et l’emploi jeune. Ce qui nous concerne c’est l’axe réconciliation et les efforts ont été faits pour que les consultations nationales puissent avoir lieu. Aujourd’hui on est à mis chemin, parce que les consultations national ne mettent pas fin au processus de réconciliation mais, c’est le début d’un long processus », dit-il, avant d’interpeler les participants à la vulgarisation des recommandations. « Je crois que les recommandations qui ont été faites, qui sont les fruits des points de vue que l’on a collectés à travers cette consultation auprès des populations. Et il est bien important que les populations se les approprient. Il est important en tant que vous les représentants de la société civile qui sont en lien direct avec les populations. Vous, les femmes et hommes de medias, qui relayez les informations auprès des populations, que vous puissiez aussi vous approprier de ces résultats, ces conclusions et ses recommandations pour que la population puisse aussi en être informée » di-il.

Cette rencontre a pris fin par les prières et bénédictions formulées par le co-président de la commission, El hadj Mamadou Saliou Camara, l’Imam de la grande mosquée Fayçal de Conakry.

Younoussa Sylla


Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha