Bannière

Rencontre des femmes d’affaires de Guinée : ‘’Cette journée représente beaucoup de choses pour nous’’, Mme Fanfan Mouké Yansané, Membre du GFAG


Le groupement des femmes d’affaires de Guinée (GFAG) a tenu sa neuvième rencontre ce samedi 11 novembre 2017, dans un réceptif hôtelier de Conakry. Elles en ont profité pour faire la commémoration du trentième anniversaire de la création du groupe, ensuite exprimer leurs opinions dans le cadre de la recherche de l’autonomisation de la femme guinéenne, une préoccupation évoquée par le président de la République depuis son accession au pouvoir en 2010.

A l’occasion, Mme Touré Fanfan Mouké Yansané, Administratrice Générale de la Clinique Maawa et membre du GFAG, a tenu à exprimer ses sentiments de joie et de satisfaction pour l’inclusion et la participation de la femme guinéenne dans le développement socio-économique de la nation.

« Ce sont des sentiments de joie et de satisfaction. On s’attendait à cet évènement qui est fêté aujourd’hui avec faste. Les ministres ont fait l’honneur de rehausser de leur présence », dit Mme Touré à l’entame de son entretien avec la presse, avant de rappeler la dernière rencontre qu’elles ont eu à faire avec le président de la République pour ses sages conseils.

« Nous avons été reçues le lundi par le Président Alpha Condé pour nous donner d’utiles conseils. Ensuite, nous sommes passées pratiquement dans tous les départements ministériels en compagnie de l’APIP qui est notre partenaire », a-t-elle dit en substance, avant de poursuivre : « Cette journée représente beaucoup de choses pour nous. C’est une occasion de faire un hommage à l’endroit de celles qui nous ont précédées. Car on ne se sent pas seule. On se sent accompagnée. Aujourd’hui, toutes les femmes sont là pour fêter les trente ans de GFAG. Une organisation que nos mamans et nos grandes sœurs ont créée et entretenue pour ne pas que ça tombe à l’eau. Elles ont donc fait appel à nous qui sommes de la nouvelle génération pour que nous prenions la relève. »

L’objectif commun, selon Mme Touré, est de demander à l’Etat des crédits pour faire fonctionner leurs entreprises respectives. Elle le dira en ces termes : « A la fin de la journée, on sera édifiée sur tous les programmes et projets de crédits accordés aux femmes du GFAG. Nous avons demandé au Professeur Alpha Condé que nous voulons des crédits pour faire de grandes choses. Quant aux microcrédits, c’est réservé aux dames qui viennent de commencer. Et nous, nous voulons des grands crédits pour des industries. Moi, par exemple, je veux des crédits pour agrandir dans ma clinique les équipements tels que les radios, l’échographie et le scanner, pourquoi pas ».

Pour elle, pour que tout cela puisse rentrer à l'ordre, il faut un suivi permanent de la part de son organisation. « Comme les ministres ont promis de nous accompagner, je crois que ça va être fait. Mais pour cela, il faut qu’on suive. Ensuite, je pense qu’à l’issue de ce séminaire, nous allons sortir un document qui servira une feuille de route pour nous », a-t-elle conclu.

Younoussa Sylla

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha