Bannière

Secteur informel : Les petits cireurs deviennent légion dans la capitale Conakry


Aujourd’hui, à Conakry les petits cireurs de chaussures sont devenus légion. Ils sillonnent la ville à longueur de journée pour gagner leur pain quotidien. D’autres abandonnent l’école pour se lancer dans ce métier.

Selon le constat de notre reporter qui a rencontré ces enfants qui pratiquent ce métier pensent à gagner rapidement de l’argent et ouvrir une boutique ou aller en Europe très vite que possible, mais sans se soucier de l’avenir. Ils sont installés aux grands carrefours ou marché durant toute la journée avec leurs sacs à bagage et eux abandonnent les cours au profit de ce petit métier. D’autres, par contre, l’exercent quand ils reviennent de l’école.

Amadou Barry âgé de 15ans est cireur de chaussures. Il nous explique ici les raisons qui l’ont poussé à abandonner l’école pour se lancer dans ce métier : « Il est très difficile de suivre les cours quand les parents n’ont pas de moyens pour te soutenir. C’est pourquoi, depuis le décès de mon papa j’ai abandonné les cours. Et je ne pouvais pas rester avec mes frères dans la même famille. Aujourd’hui, je suis cireur de chaussures, mais il n’a pas été facile pour moi de gagner les outils pour exercer ce métier. Dieu merci, je me débrouille maintenant, je parcours la ville à la recherche des clients. Des fois, je peux gagner trente mille francs par jour, parfois plus » raconte-t-il.
D’autres se plaignent de l’abondance de petits cireurs dans la ville. Ce qui expliquerait la modicité de leur recette journalière qui pouvait s’élever jusqu’à 50.000 GNF, voire 60.000 GNF. C’est le cas de ce petit cireur qui a préféré garder l’anonymat et qui nous a confié ceci: « nous sommes nombreux, nous les enfants qui pratiquent ce petit métier. On se rencontre un peu partout. On peut marcher pendant trente à quarante minutes sans pouvoir cirer six paires de chaussures. Avant, on travaillait beaucoup, mais pas assez maintenant. Moi, je pratique ce métier quand je reviens de l’école et surtout pendant les vacances. Je fais la 8ème année cette année », dit-il.
Camara Ibrahima Sory 656898121

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha