Bannière

Sécurité: un atelier de formation pour rapprocher les forces de l’ordre de la population guinéenne


Cet atelier a eu pour but d’échanger avec les organisations des droits de l’homme, la société civile et les institutions judiciaires du pays. Il a eu lieu du 5 au 6 juillet à Conakry dans un réceptif hôtelier pour la mise en place d’une plateforme de concertation entre les forces de défense et de la sécurité et les populations.

Présent, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Me Abdoul Kabèlè Camara, pense qu’au tant une police mal formée, mal organisée, mal contrôlée et avec des missions mal définies, est plus apte à violer les Droit de l’homme qu’au tant une police avec des objectifs clairement définis et adaptés au besoin avec de réelles valeurs morales et sociales, est plus apte à rendre un meilleur service à la société.

Mais pour lui, le meilleur vecteur dans ce sens c’est la presse, les organisations des droits de l’homme, la justice qui doivent mieux communiquer sur cette mission régalienne de la police pour que la population puisse avoir confiance en la police et que la police puisse aussi assurer la meilleure sécurité.
Poursuivant son intervention, le ministre Kabèlè a estimé que ces rencontres ou ces échanges sont indispensables dans la réconciliation entre la police et la population.
«Nos concitoyens n’ont plus confiance en la police parce que chaque soir, il y a des violations des droit de l’homme. Chaque soir dans un quartier ou dans un village, un Guinéen tombe sous la main des malfrats… Chaque jour, un de nos enfants est victime des trafiquants de drogue et cela se démultiplie. C’est pourquoi, il est temps qu’on se lève pour faire face à notre devoir collectif vis-à-vis de notre nation», a-t-il précisé.

Dans son intervention, Reymond Lataste le chargé de programme à l’Union Européenne, a rappelé que des experts après avoir réalisé un audit de différents services du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, ont constaté que le département avait un grand besoin d’appui pour mener ses missions.

Il s’est aussi félicité de la diversité des participants à cet atelier, surtout la présence du ministère de l’unité nationale et de la citoyenneté pour l’amélioration du respect des droits de l’homme par la police. « C’est une obligation pour l’Union Européenne que nous soutenions le ministre de la sécurité et de la protection civile. Et le renforcement de l’inspection générale de service de sécurité. Tout comme la mise en place du conseil de discipline, les textes relatifs à la discipline et à la déontologie de la police ont été signés cette année. Et également l’ouverture d’une école de police et la protection civile. Le lien entre la police et la justice est essentiel pour améliorer la sécurité en Guinée », dit-il.

Sylla Younoussa, pour kibarou.net

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha