Bannière

Tenue des élections locales en Guinée : Une préoccupation pour COJELPAID


Le réseau convergence des jeunes pour la paix et la démocratie multiplie sa série de rencontre dans les différentes communes de Conakry. Une manière pour la COJELPAID de sensibiliser les citoyens afin de les interpeller à un éveil de conscience pour la tenue des élections locales.

Au terme de cette autre journée, à Ratoma, des citoyens ont émis des propositions de solution devant aboutir à ces échéances à la base. Abdoul Sacko, Coordinateur de ladite structure affirme : « Nous sommes tous aujourd’hui face à un terroriste politique et administratif, qui refuse l’épanouissement de la population à la base, à travers la non-tenue de ces élections locales qui constitue l’encrage de la démocratie. Si toute fois cette approche d’information et de sensibilisation n’aboutit pas, ces activistes de la société civile entendent user d’autres moyens.

Pour sa part, Mohamed Momo Sylla, jeune de Ratoma estime : « Si l’Etat ne prend pas ces dispositions par rapport à l’organisation de ces élections communautaires, nous, on est prêt. On va fermer les portes et fenêtres à ces délégations spéciales au niveau des mairies. Quant à Ahmed Sékou Traoré, le constat révèle de nos jours que les conseillers communaux, qui devraient jouer un rôle capital à la base, à travers le droit de recevabilité n’existent plus. Aspect d’ailleurs qui doit interpeler la population à ne plus s’acquitter de son devoir qui est celui du non-paiement des taxes et impôts au niveau local.

« Pour terminer avec ce problème qui continue à assaillir le peuple, c’est de dire non et interpeler le peuple à une désobéissance civique » dixit Ahmed Sékou Traoré, activiste de la société civile.

En fin, selon Abdoul Sacko, face à cette logique de report continuel de ces élections, il y a aujourd’hui environ 100 jeunes qui se sont portés volontaires tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays pour faire une information de proximité. Et cela dans le seul but de faire comprendre à la population, les vrais motifs du refus de ses élites politiques et administratives à organiser ces élections locales.

Camara Ibrahima Sory

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha