Bannière
Bannière

Trois militaires français tués en Libye lors d'une mission


Trois militaires français, des sous-officiers, ont été tués lors d'une mission en Libye, a déclaré mercredi 20 juillet, le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, dans un communiqué. Le ministre de la Défense "salue le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France, qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme" et il adresse ses condoléances à leurs familles.

François Hollande leur a rendu hommage depuis le Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier (Dordogne), indiquant que les trois militaires français étaient morts dans un "accident d'hélicoptère" en Libye, où la France mène "des opérations périlleuses de renseignement". Jusqu'à présent, Paris n'avait jamais reconnu officiellement la présence de militaires français sur le sol libyen.

Éléments français à Benghazi et britanniques à Misrata

Selon Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24, la présence d’éléments français en Libye était un secret de polichinelle. "On sait depuis la fin mai qu’il y a des Français à Benghazi pour aider à combattre les jihadistes, comme on sait qu’il y a des Britanniques à Misrata, censés, eux aussi, aider à stopper leur avancée".

La France avait admis jusqu'ici que ses avions militaires survolaient ce pays pour collecter de l'information et du renseignement. Selon Wassim Nasr, les militaires français tués en Libye sont des agents des services sercets.

"Les forces spéciales sont là, bien sûr"

Un peu plus tôt, Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, avait confirmé sur France Info la présence de forces spéciales françaises en Libye pour lutter contre les djihadistes. "Les forces spéciales sont là, bien sûr, pour aider et faire en sorte que la France soit présente partout pour lutter contre les terroristes", a-t-il déclaré.

Des informations publiées par l’agence de presse AP, qui cite des responsables libyens, avait, auparavant, parlé de deux Français des forces spéciales tués près de Benghazi, dimanche, quand une milice islamiste a abattu l’hélicoptère dans lequel ils se trouvaient.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, la Libye est livrée aux milices armées et minée par des luttes de pouvoir et des violences qui ont favorisé la montée en puissance des jihadistes de l'EI.

Avec AFP et Reuters

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha